Centre de ressources

Accueil Centre de ressources Pourquoi intégrer le Cloud Computing dans sa stratégie d’investissement ?

Pourquoi intégrer le Cloud Computing dans sa stratégie d’investissement ?

Le Cloud Computing remet en question les modèles économiques et les logiques d’investissement de l’IT : il est donc l’affaire du DSI mais également du DAF. Convaincre son DAF du bien-fondé du Cloud suppose de maitriser certains termes. Retour sur les bancs d’écoles – ci-après un petit appel sur les notions de CAPEX et d’OPEX pour briller en réunion…

« CAPEX (ou capital expenditures) est un terme anglo-saxon désignant les immobilisations au sein d’une entreprise. Les immobilisations servent l’activité des entreprises de façon durable et sont rattachées à leur patrimoine. Elles créent une ressource pour ces entreprises qui en attendent des avantages économiques futurs.

Ces immobilisations, ou investissements, peuvent revêtir plusieurs formes :

  • Coût initial d’achat d’équipements
  • Frais de démarrage
  • Coûts de développement
  • Prestations intellectuelles...

 

Il existe des immobilisations :

  • Corporelles : terrains, constructions, installations techniques, matériel et outillage industriel, matériel de bureau, de transport…
  • Incorporelles : frais d'établissement, de recherche, brevets, logiciels...
  • Financières : titres acquis durablement par l’entité pour une durée supérieure à un an comme les participations, actions, obligations, prêts…

 

A l’inverse, le terme OPEX (ou operational expenses) représente les coûts d’exploitation des entreprises. Elles correspondent à toutes les dépenses souvent récurrentes nécessaires au fonctionnement des entreprises : loyers, électricité, maintenance des locaux, papiers, les salaires, etc…

Un exemple simple permettant d’expliquer la différence entre OPEX et CAPEX est celui du photocopieur et des impressions. En effet, le coût d’achat de l’imprimante correspond à du CAPEX puisque son utilisation perdure sur plusieurs exercices, alors que les toners et papiers utilisés pour les impressions sont de l’OPEX car consommés tout de suite. »

Après la théorie, la pratique : alors le cloud : OPEX ou CAPEX ?

 

Quels sont les atouts du Cloud Computing pour une maitrise des investissements informatiques ?

La mise en place d’une infrastructure informatique nécessite des investissements conséquents donc de type CAPEX : achat des serveurs physiques et autres matériels, frais de lancement, prestations d’accompagnement, investissements réseaux, achats des logiciels… Ces investissements sont d’autant plus conséquents qu’ils doivent être fonction des besoins de la société projetés sur le pic de charge prévu sur plusieurs exercices. Le recours au Cloud Computing par le biais de la facturation à l’usage permet de transformer en dépenses de fonctionnement de type OPEX plus facilement maitrisables et prévisibles.

D’un point de vue financier, cette facturation à l’usage induit 3 principaux avantages :

  1. Réduction des coûts de financement 

En déployant des infrastructures informatiques mutualisées de grande capacité, le fournisseur de solution de Cloud supporte le coût du financement initial et créée des économies d’échelle dont il partage la valeur avec le client final.

 

  1. Réduction des coûts d’exploitation 

La facturation à l’usage assure le client de ne payer que ce qu’il consomme et au moment où il consomme. Est ainsi réduit le risque d’infrastructures non rentabilisées car installées pour faire face à des pics de charges ponctuels (type : périodes de Noël pour les sites de e-commerce, grosses capacités de calcul pour les opérations de tests ou de mises en production etc…) ou tout simplement abandonnées en raison d’un changement de stratégie d’entreprise ou en raison de coûts de maintenance excessifs.

De même, les coûts annexes de type consommation énergétique, maintenances des logiciels, moyens humains…, sont réduits car en partie supportés par les fournisseurs de Cloud.

 

  1. Réduction des risques : notamment financiers, technologiques ou de contrepartie fournisseur

A l’inverse des projets d’investissement d’infrastructures informatiques qui peuvent prendre plusieurs mois à être déployés et font porter le risque de rupture technologique au DSI, les fournisseurs de Cloud, via la facturation à l’usage et la réversibilité des données, donnent toute la flexibilité à l’entreprise de pouvoir piloter au plus juste ses consommations de ressources informatiques : tester les dernières solutions de Cloud plus rapidement déployées par les Cloud providers, baisser les consommations de ressources informatiques, voire récupérer ses données pour changer de Cloud provider quasiment en quelques clics.

 

Si vous avez besoin de convaincre votre DAF, appelez nous !

 

 

marie_goetz

Marie Goetz
Directeur Administratif et Financier

Diplômée de l’école des Hautes Etudes Commerciales (HEC), Marie a commencé sa carrière à Londres en 2007 comme analyste financière chez Lehman Brothers-Nomura. En 2009, elle intègre le groupe SFR comme revenue manager pour les services de contenus fixes et mobiles. En 2010, elle est promue responsable du pôle développement et analyse des marchés avant de participer à la mise en place de Numergy en 2012.

 

caroline-talerman

Caroline Talerman
Contrôleur de gestion

Après des études de finance à l’Université Paris-Dauphine, Caroline a débuté son parcours professionnel en Thaïlande en tant que chargée de mission au sein d’Alcatel. Par la suite contrôleur de gestion dans des sociétés de services, notamment IT, elle a rejoint Numergy en février 2013.